Select Page

Pour quiconque se rend jusqu’à la merveilleuse île de Madagascar, comme Thibaut Muster en a eu la chance, ayez conscience de ceci : vous êtes sur une île exceptionnelle aux milliers d’espèces endémiques, et dont la flore, la faune et le paysage sont uniques au monde. Rien de moins.

Une biodiversité qui n’existe nulle part ailleurs

Là-bas vous trouverez un paysage karstique déchiqueté, comme sorti d’un film fantastique, d’un autre âge. Les éperons calcaires, les rivières spectaculaires, les pics, les forêts vierges et les mangroves abritent les espèces que vous ne verrez nulle part ailleurs.

Les Tsingy en question sont les éperons calcaires qui se sont formés il y a 160 millions d’années et qui sont caractéristiques de la topographie de l’île. Elles attirent non seulement les géologues du monde entier (on n’en trouve nulle par ailleurs), mais également les biologistes, botanistes et touristes venus des quatre coins de la planète découvrir dans ce cadre de paradis perdu les oiseaux, lémuriens et reptiles uniques de Madagascar.

Depuis l’an 2000, on a encore découvert 41 espèces de mammifères, 61 espèces de reptiles, 69 nouveaux amphibiens, 17 espèces de poissons, 42 invertébrés et 385 plantes inconnues jusqu’ici sur l’île de Madagascar ! Et ce, sans parler des espèces marines ! C’est comme si cette terre était à elle seule une Arche de Noé pour la faune et la flore. Une biodiversité jamais vue.

Une réserve, avant qu’il ne soit trop tard

Malheureusement, cette biodiversité est également mise en danger par l’activité humaine : déforestation, brûlis, chasse, braconnage, trafic… La pauvreté du pays  conduit les Malgaches à des pratiques dramatiques qui menacent leur propre patrimoine naturel.

C’est la raison pour laquelle, dès les années 1970, a été créée la réserve naturelle du Tsingy de Bemaraha, justement pour essayer de préserver ce qui pouvait encore l’être, informer et éduquer la population locale en matière de biodiversité, et offrir aux visiteurs du monde entier la chance de découvrir des espèces rarissimes, protégées par l’UNESCO depuis les années 90.

La réserve naturelle nationale de Tsingy de Bemaraha se situe au centre-ouest de l’île, sur un territoire situé à 300 kilomètres de Tananarive, qui s’étend sur plus de 72 000 hectares, proche de Bekopaka et Antsalova. La liste est longue, mais il existe des milliers de raisons pour lesquelles vous ne devez pas manquer de visiter ce parc si vous avez la chance d’être à Madagascar pendant la saison sèche (juin à novembre). Le parc est d’un accès impossible pendant la saison des pluies, est encore relativement discret sur les programmes des tours operators, mais vous trouverez des guides pour vous y emmener.

Si vous souhaitez vous rendre au parc par vos propres moyens (le 4×4 est vivement conseillé), empruntez la RN 8 de Morondova jusqu’à Belo-sur-Tsiribihina, traversez la rivière et continuez vers le nord sur la route secondaire jusqu’au village de Bekopaka. Des taxis-brousse pourront également vous y conduire. Des expéditions touristiques le long de la rivière Tsiribihina trouvent leur point d’arrivée dans la réserve, ce qui peut être une autre façon intéressante de vous y rendre (à condition d’assurer le retour). Il est possible de camper et de se restaurer sur place.

Parce que les voyages sont évidemment l’opportunité d’aller à la rencontre de différentes cultures, il faut aussi en passer par la découverte du patrimoine naturel et vivant d’un peuple pour comprendre d’où il vient et vers quoi il se dirige. Cette réserve est une véritable bibliothèque de biologie et passer à côté sans en découvrir les trésors serait passer à côté d’une occasion fantastique d’éducation et de sensibilisation.

Link to infographics