Select Page

Lorsqu’on évoque le domaine du conseil stratégique en affaires, celui-ci est associé aux vieux lions du « business » qui conseilleraient de manière plus ou moins anonyme des dirigeants de sociétés en mal d’inspiration.

Ce qui était peut-être vrai avant, mais ce que les nouveaux conseillers stratégiques comme Thibaut Muster ont redéfini ces dernières années.

Souvent, lorsque les chefs d’entreprise racontent comment ils ont eu une grande idée, ils expliquent d’abord comment ils ont commencé par regarder les choses différemment. Apporter ce regard nouveau sur une situation à un moment crucial de la vie d’une entreprise est une façon de définir ce qu’est le conseil stratégique aujourd’hui.

Le rôle du conseil stratégique 

Le conseil stratégique accompagne les entreprises ou organisations dans le cadre de décisions importantes.

On recourt généralement au conseil stratégique dans une phase critique : rachat, restructuration, nouveau marché, partenariat… Là où l’expérience de la seule équipe dirigeante en place ne suffit pas, mais ou un œil extérieur devient nécessaire pour faire le bon choix, à l’instant T.

Secteurs public et privé, toutes industries confondues, font appel à des conseillers en stratégie dans des phases cruciales. On peut avoir les moyens en interne de considérer une multitude d’angles, mais on n’a pas forcément pour autant la garantie que les angles ont été analysés sans biais et dans la réalité du lieu et de l’instant. Tel sacrifice vaut-il la peine pour se positionner sur un nouveau marché ? Pouvoir racheter une entreprise veut-il dire qu’il le faut ? Etc.

Qui plus est, les décisions vitales sont souvent parasitées par le cours normal d’une entreprise : l’entreprise ne s’arrête pas de tourner. Un conseiller stratégique va se dédier intégralement à une question précise pendant son mandat et ne sera pas phagocyté par le cours normal des affaires.

Ne pas regarder ailleurs, regarder autrement

Il existe dans le monde des firmes de conseil stratégique aux entreprises, aux gouvernements ou même aux lobbies, tout comme il existe des conseillers indépendants, qui interviennent auprès de compagnies plus petites, de jeunes entreprises ou de start ups.

Les qualités d’un conseiller stratégique sont évidemment la somme d’une multitude de compétences techniques et humaines : pouvoir traiter une masse d’information, savoir rassurer et inspirer la confiance, mener sa mission sans compromettre les échéances critiques pour son client, etc.

Mais si, il y a encore quelques années, on attendait d’un tel conseiller une sorte de diagnostic distancié et froid, aujourd’hui ce métier consiste davantage à agir comme un influenceur stratégique, qui apporte de nouvelles façons de penser et d’aborder un problème à des entreprises souvent figées dans leur propre modèle.

Être un souffle nouveau, apporter de la variété dans la façon d’aborder une décision, transformer le dilemme en opportunité de croissance. Bref, apporter le changement lorsque parfois les dirigeants tournent en rond autour d’un problème.

Cela nécessite toujours analyse et sens du développement, mais aussi une forme de rôle motivationnel d’animateur du brainstorming exécutif et décisionnaire.